Publié 28/02/2024|Modifié 16/01/2024

Premières démarches

Après un événement grave et confrontés à la douleur, les victimes et proches de victimes doivent entreprendre des démarches dont elles ignorent tout et qui s’avèrent parfois complexes. Pour les accompagner, les services de l’Etat mettent en place des dispositifs de prise en charge et d’accompagnement au plus près de l’évènement. Des premières actions sont nécessaire pour permettre votre bonne prise en charge dans ces dispositifs.

SE SIGNALER

Que vous soyez blessé, que vous recherchiez ou ayez perdu un proche, que vous ayez assisté aux évènements, que vous ayez quitté les lieux au plus vite pour vous mettre à l’abri, la première démarche est de vous signaler..
Pour cela, selon le dispositif activé, vous pouvez appeler le numéro de cellule Infopublic, du CDCS pour un événement à l’étranger, ou de la cellule d’information du public (CIP), les services de police au 17 ou vous présenter dans un hôpital ou un centre d’accueil (centre d’accueil des impliqués lien ou centre d’accueil des familles).
Dans le cas où vous n’auriez pas fait cette démarche dans les jours qui suivent l’évènement, vous pouvez joindre à tout moment le numéro national d’aide aux victimes qui pourra vous guider et vous accompagner.
Gouvernement
116 006 : Numéro d'aide aux victimes

PRÉVENIR UN PROCHE

Vos proches pourraient s’inquiéter s’ils pensent que vous avez été impliqué dans un événement grave.
Si vous êtes en capacité de le faire, informez au moins un de vos proches, plutôt par SMS car les moyens de communication dans la zone peuvent être surchargés (s’ils ne sont pas hors service). Celui-ci pourra informer à son tour vos autres relations pour éviter qu’elles restent dans l’inquiétude. Vos proches pourront ensuite vous venir en aide si les conditions le permettent.
Les personnels des hôpitaux et des cellules d’urgence médico-psychologique (CUMP) se chargeront d’informer le proche que vous leur aurez signalé si vous-même n’êtes pas en capacité de le faire.

CONSULTER UN MÉDECIN

Un événement peut causer des traumatismes physiques et psychologiques particulièrement importants. Vous pouvez avoir besoin d’une prise en charge médico-psychologique dans les heures qui suivent un événement à fort retentissement émotionnel.
Il est indispensable de consulter votre médecin traitant ou un autre médecin dans les jours qui suivent. Ce médecin pourra vérifier votre état de santé général, détecter d’éventuels troubles auditifs, évaluer l’impact psychologique des évènements, etc. et si nécessaire vous orienter vers un spécialiste pour assurer votre prise en charge. Demandez un certificat médical initial au médecin qui vous examinera.
Vous pouvez aussi contacter la Cellule d’Urgence Médico-psychologique de votre département ou une consultation de psychotraumatisme. En cas d’urgence, appelez le SAMU au 15 ou au 112 (ou, pour les personnes malentendantes, par SMS ou fax au 114) qui vous orientera vers une structure de soins adaptée.
Si votre état entraîne une hospitalisation, le personnel hospitalier et les professionnels présents assureront votre prise en charge.

SE FAIRE ACCOMPAGNER

Les conséquences personnelles, familiales et professionnelles d’un événement grave peuvent être importantes et les démarches à engager peuvent nécessiter un accompagnement par des professionnels.
Pour vous aider à faire face et vous accompagner, nous vous invitons à faire appel à une association d’aide aux victimes, à votre assureur de protection juridique si vous avez souscrit un contrat de protection juridique, ou à votre assureur habitation, qui ont les compétences pour répondre à vos questions, ou encore à un avocat spécialisé.

CONSTITUER SON DOSSIER

Pour attester de l’évènement que vous venez de vivre et des conséquences qu’il aura sur vous, pensez à préserver dans la mesure du possible tous les éléments dont vous disposez :
  • justificatifs éventuels de présence sur les lieux (billets, preuves d’achat, photos…) ;
  • copie de votre dépôt de plainte ;
  • certificat médical initial ;
  • certificats et attestations médicaux décrivant vos blessures, votre incapacité de travail, etc. ;
  • attestations de praticiens (médecins, psychologues) décrivant les troubles et l’importance du traumatisme subi ;
  • pour les préjudices matériels, toute trace écrite attestant de votre dommage et des frais éventuels entraînés par les détériorations matérielles (contrats en cas de perte d’un revenu, factures, constats, devis, etc.).
Vous pouvez rassembler et stocker ces justificatifs le coffre-fort numérique Digiposte (mis à disposition gratuitement par La Poste), que vous retrouverez bientôt dans la rubrique "déposer un dossier".
Ces éléments vous seront utiles pour engager diverses démarches, notamment en matière d’indemnisation et attester du retentissement de l’évènement sur votre santé physique et/ou psychologique.