L'info.gouv du 30 mai : millefeuille administratif, officier cyber et langue française

Publié 30/05/2024|Modifié 30/05/2024

Coût du millefeuille administratif, poste d'officier cyber ou encore enrichissement de la langue française... Découvrez les actualités gouvernementales du 30 mai 2024.

Bercy

Coût du millefeuille administratif

Le ministre délégué chargé des Comptes publicsThomas Cazenave, et la ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales et de la Ruralité, Dominique Faure, ont reçu les conclusions durapport de Boris Ravignon, maire de Charleville-Mézières et président d’Ardenne Métropole, sur le coût de la complexité administrative.
Lancée en décembre 2023, cette mission avait pour but d'examiner l'enchevêtrement des responsabilités et des compétences entre l'État et les collectivités territoriales. Le rapport révèle que ce « millefeuille administratif » coûte environ 7,5 milliards d'euros.
Ce coût résulte principalement des besoins de coordination et des financements croisés entre les différents niveaux de collectivités.

Enrichissement de la langue française

La Commission d’enrichissement de la langue française (CELF), renouvelée pour quatre ans, s’est réunie le 27 mai 2024 pour débattre de quatre termes spécialisés et de leurs équivalents français.
Composée de dix-neuf experts, cette commission propose des équivalents français à destermes étrangers dans divers domaines.
Au cours de  la séance du 27 mai présidée par la ministre de la Culture, Rachida Dati, les termes « doomscrolling » (défilement morbide), « patent troll » (accapareur de brevets), « sharenting» (surexposition infantile) et « predatory publisher » (éditeur prédateur) ont été examinés. Cette séance était suivie, pour la première fois, par des jeunes du passe Culture, invités à échanger avec les membres de la Commission sur le choix des mots et de leurs équivalents.
En 2023, 300 termes ont été recommandés, dont un quart proposés par le grand public. Une fois validés, ces termes sont publiés au Journal officiel et sur FranceTerme.

Devenir officier cyber

Les Armées recrutent des officiers sous contrat pour des missions de renseignement, de protection, de défense et d’action dans le cyberespace.
La menace dans le cyberespace, incluant espionnage, déstabilisation et sabotage, s'intensifie, impactant divers secteurs et la sécurité des citoyens français. La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et le Commandement de la cyberdéfense (COMCYBER) recherchent des experts en cyber offensif et défensif.
S’engager comme officier sous contrat implique :
  • une durée : un contrat initial de 4 à 5 ans, renouvelable,
  • une formation : une formation militaire initiale de 1 à 3 mois,
  • des conditions : avoir maximum 32 ans, être de nationalité française et apte médicalement,
  • des avantages : une rémunération évolutive et prime d’expertise cyber après un an de service.

Pour lire d'autres actualités

Partager la page


Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de info.gouv.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !

Le choix de la rédaction