L’état d’urgence décrété en Nouvelle-Calédonie

Publié 16/05/2024|Modifié 16/05/2024

Suite à plusieurs affrontements en Nouvelle-Calédonie, le président de la République a décrété, le 15 mai 2024, l'état d'urgence à effet immédiat sur l'ensemble du territoire de la Nouvelle-Calédonie.

Un véhicule blindé de la gendarmerie à Nouméa, le 15 mai 2024.
Le président de la République a décrété l'état d'urgence en Nouvelle-Calédonie à l'occasion du conseil des ministres du 15 mai 2024.
Cette action fait suite à plusieurs affrontements survenus sur le territoire ultramarin.

Décisions prises

Cinq assignations à résidence ont été prononcées par le ministre de l'Intérieur et des Outre-mer, Gérald Darmanin, à l'encontre de commanditaires présumés de ces violents troubles à l'ordre public.
Un pont aérien entre l'Hexagone et le territoire va permettre d'acheminer rapidement des renforts de sécurité intérieure, de sécurité civile et militaires mais aussi du matériel permettant d'assurer la prise en compte des besoins essentiels de la population.

Les mesures en vigueur

Les mesures suivantes s’appliquent actuellement en Nouvelle-Calédonie :
  • interdiction de tout rassemblement sur les communes du Grand Nouméa,
  • interdiction de port et de transport d’armes et interdiction de vente d'alcool sur l’ensemble du territoire de la Nouvelle-Calédonie,
  • l’aéroport de La Tontouta reste fermé aux vols commerciaux.

Pour aller plus loin

Partager la page


Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de info.gouv.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !

Le choix de la rédaction