Un gros plan sur un professionnel de santé qui s'apprête à écouter le coeur d'une patiente.

Comment suivre sa santé quand on est une femme ?

Publié 03/06/2024|Modifié 03/06/2024 Toutes et tous égaux

La Journée internationale d’action pour la santé des femmes du 28 mai est l'occasion de rappeler aux femmes l’importance de prendre soin d’elles tout au long de leur vie. Revue des différents dispositifs de prévention existants avec Lise El Omari, sage-femme et directrice médicale au sein du cabinet Gynéa, une structure spécialisée dans la santé des femmes.

Les conduites addictives doivent être particulièrement suivies, notamment la consommation importante de tabac qui, associée, à la prise de contraceptif augmente le risque cardio-vasculaire.

Lise El Omari

  • Sage-femme et directrice médicale au sein du cabinet Gynéa, une structure spécialisée dans la santé des femmes.

Prévention générale

Faire le point régulièrement avec un professionnel de santé

« Les femmes comme les hommes peuvent bénéficier du dispositif Mon bilan préventionà toutes les tranches d'âge clés de la vie : 18 à 25 ans, 45 à 50 ans, 60 à 65 ans, 70 à 75 ans. Ces bilans de santé sont pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie. 
Ils permettent de faire le point régulièrement avec un professionnel de santé (médecin traitant, infirmiers, pharmaciens, sages-femmes) sur les habitudes de vie et l’environnement afin, notamment, de prévenir l’apparition de maladies telles que le diabète, ou encore les maladies cardio-vasculaires ou certains cancers.    
En matière de prévention, tous les Français entre 50 et 74 ans sont également concernés par le programme de dépistage du cancer colorectal : un test simple et rapide 100 % remboursé. »  

Suivi gynécologique et contraceptif

Une consultation gynécologique annuelle

« Avant 26 ans, les jeunes femmes peuvent bénéficier de consultations de santé sexuelle, de contraception et de prévention entièrement prises en charge par l’Assurance maladie. 
Ces consultations peuvent avoir lieu chez un médecin généraliste, un gynécologue, une sage-femme ou dans un centre de santé. Elles permettent notamment de sensibiliser à la contraception mais aussi au port du préservatif contre les maladies sexuellement transmissibles. 
Tout au long de leur vie, il est conseillé aux femmes de consulter une fois par an pour le suivi contraceptif, la prise en charge de pathologies gynécologiques (douleurs menstruelles, endométriose, etc.) et le dépistage des cancers
Les conduites addictives doivent être particulièrement suivies, notamment la consommation importante de tabac qui, associée, à la prise de contraceptif augmente le risque cardio-vasculaire. »

Maternité et parentalité

Mettre en place rapidement les bonnes habitudes

« Une consultation pré-conceptionnelle est conseillée pour faire le point sur les antécédents, mettre en place rapidement les bonnes habitudes alimentaires ou encore prendre connaissance du risque lié aux conduites addictives. 
Ensuite, un suivi mensuel est mis en place et trois échographies réalisées à chaque trimestre de gestation au cours d’une grossesse sans particularité. Suivre des séances de préparation à la naissance et à la parentalité est fortement préconisé
Un entretien précoce prénatal est également proposé pour bien préparer l’arrivée du bébé ainsi qu’un entretien postnatal précoce entre quatre et huit semaines après l’accouchement pour repérer le risque de dépression post-partum. 
Des séances post-natales sur la parentalité (prises en charge à hauteur de 70 % par l’Assurance maladie) peuvent aussi être mises en place entre le 8e jour et la 14e semaine.    
La consultation post-natale médicale a lieu entre la 6e et 8e semaine après l’accouchement. Elle pourra être suivie par des séances de rééducation périnéale et abdominale. » 
Une infographie montrant comment suivre sa santé quand on est une femme
Une infographie montrant comment suivre sa santé quand on est une femme / Service d'information du Gouvernement

À partir de 11 ans

Il est recommandé de réaliser le vaccin contre le papillomavirus.

À partir de 25 ans

Les femmes peuvent bénéficier du dépistage organisé du cancer du col de l'utérus. 

Entre 25 et 26 ans

Un examen cytologique pour prévenir le cancer du col de l'utérus est réalisé, puis à 29 ans si les résultats sont normaux. 

Avant 26 ans

Les jeunes femmes peuvent bénéficier de consultations de santé sexuelle, de contraception et de prévention entièrement prises en charge par l’Assurance Maladie.

Entre 30 et 65 ans

Un test de dépistage du papillomavirus est prescrit tous les cinq ans si les résultats sont négatifs

À partir de 45 ans

Le diagnostic de la ménopause est posé quand une femme n’a plus ses règles depuis un an.

Il est conseillé d'en parler avec le médecin généraliste ou le gynécologue qui pourra envisager un THS avec tact et mesure, réévalué régulièrement pour être adapté à la sévérité des troubles. 

Un accompagnement psychologique peut être recommandé en cas de troubles de l'humeur persistants. 

Entre 50 et 74 ans

Tous les Français sont également concernés par le programme de dépistage du cancer colorectal : un test simple et rapide 100 % remboursé. 

Prévention tout au long de la vie 

 Il est conseillé de consulter régulièrement son médecin traitant et de prévoir une consultation gynécologique par an.

Ménopause

Penser à l’accompagnement psychologique

« Le diagnostic de la ménopause est posé quand une femme n’a plus ses règles depuis un an. 
La ménopause augmente le risque d’ostéoporose ou encore de maladies cardio-vasculaires, et peut générer des symptômes difficiles à vivre : bouffées de chaleur, sécheresse vaginale, insomnies, troubles de l’humeur, etc.   
Un traitement hormonal substitutif peut être envisagé avec tact et mesure, puis réévalué régulièrement, en concertation avec le médecin selon la sévérité des troubles. Un accompagnement psychologique peut être recommandé en cas de troubles de l’humeur persistants. »

Dépistage des cancers féminins

Une démarche à entamer dès 25 ans

« Le dépistage doit commencer de manière précoce notamment pour le cancer du col de l’utérus. Et il est recommandé de réaliser le vaccin contre le papillomavirus dès l’âge de 11 ans.
  • Cancer du col de l’utérus : à partir de 25 ans, les femmes peuvent bénéficier du dépistage organisé du cancer du col de l’utérus. Un examen cytologique est réalisé à 25 et 26 ans puis à 29 ans si les résultats sont normaux. Ensuite, entre 30 et 65 ans, un test de dépistage du papillomavirus est prescrit tous les cinq ans si les résultats sont négatifs. Si une anomalie est décelée, des examens complémentaires sont demandés.
  • Cancer du sein :le dépistage organisé du cancer du sein préconise une mammographie tous les deux ans entre 50 et 75 ans. Selon les antécédents familiaux, le professionnel de santé peut prescrire une mammographie avant 50 ans et si une anomalie est constatée (nodule, écoulement mammaire, etc.). »

Violences sexistes et sexuelles

Les consultations avec un professionnel de santé peuvent être l’occasion pour les femmes de parler des violences dont elles peuvent être victimes. Ces violences physiques, sexuelles ou psychologiques portent atteintes à leur santé et doivent être prises en charge. Différents dispositifs d’aides sont proposés dans le dispositif Arrêtons les violences.

J'ai besoin d'aide, je signale

Partager la page


Avez-vous trouvé les informations que vous cherchiez ?

Votre avis nous intéresse

Nous vous recommandons de ne pas inclure de données à caractère personnel dans les champs suivants.

Merci pour votre réponse !

L'équipe de info.gouv.fr vous remercie pour votre réponse qui participera à l'amélioration du site !

Le choix de la rédaction